L’autre jour, je suis tombée par hasard sur le journal de 20h de France 2 et j’ai pu avoir ma dose d’islamophobie et d’ethnocentrisme ordinaires.

Le toujours ravi – ou toujours narquois – Pujadas lançait un de ces sujets qui ne mangent pas de pain, de la catégorie « allons voir chez nos voisins ce qu’ils font de bien ». Cette fois il s’agissait des Allemands, qui, comme chacun devrait le savoir, ont eu la folie d’accueillir 1 MILLION de réfugiés en 2016. Rassurez-vous, il ne s’agissait pas de suggérer que la France devrait accueillir 1 MILLION de réfugiés, ni même qu’elle devrait en accueillir du tout. L’initiative mise en avant par La Rédaction© était des leçons de séduction pour aider les jeunes réfugiés à s’intégrer… Si, si, vous avez bien lu. Ca pourrait sembler scabreux mais le sous-entendu est très simple : les réfugiés sont « Arabes », les Arabes ne respectent pas les femmes ils ne savent pas draguer, donc il faut les y éduquer… Ben oui, ils sont pragmatiques ces Allemands, ils ne s’embarrassent pas de considérations compliquées, eux, ils agissent ! semblait se réjouir l’indétrônable présentateur à la coiffure de Playmobil© pendant son lancement. Malgré son haut niveau d’exigence journalistique, La Rédaction© n’a pas jugé utile de préciser le nom de « l’association caritative » qui organisait ces séminaires, ni qui la finançait. En faisant pause, on peut lire AWO sur l’affiche (avis aux germanistes).

Je ne saurais trop décrire le malaise, mélange de ridicule et de très dérangeant, ressenti en regardant ce condensé de condescendance et de racisme primaire. Bien sûr c’est un gentil reportage qui se veut probablement positif, prétendant sans doute donner une bonne image des migrants : sympas, mignons même, mais un peu lourdauds, bref des migrants récupérables à condition qu‘ils soient pris en charge par de jeunes Allemands ouverts et progressistes, représentants d’une sexualité « normale » et qui, eux, ne sont susceptibles d’aucun trouble, d’aucune tendance sexiste vis à vis des femmes ; et, en ce qui concerne l’animatrice, qui semble incarner dans le reportage la figure de LA féminité, du bon degré de féminité (ni trop ni trop peu : idéalement, en plein milieu entre Melania Trump et une femme en burka)… Des hommes sains et des vraies femmes libres. Parce qu’ils y ont été habitués depuis l’enfance (c’est culturel nous explique-t-on : « le fossé culturel est grand », « dans leur culture en général, on ne parle pas de ces choses-là »), ils vont pouvoir apprendre bienveillamment aux sauvageons-pubères-en-exil ce que tout mâle blanc sait faire de façon innée : rester à sa place, ne pas franchir les lignes rouges (« les feux rouges « ), interpréter le langage codé de la femme (par nature ambigu, ah ! « les feux orange »…) Bref, pour eux c’est aussi naturel que de respirer donc les voilà qualifiés pour l’enseigner aux Autres et… leur permettre d’échapper à leur déterminant culturel sexiste et agressif.

Au secours… Un tel aveuglement sur ses propres présupposés sexistes et ethnocentristes donne le vertige. Bien sûr tout cela n’est pas dit et on ne manquera pas de m’accuser de faire du mauvais esprit. Mais qu’est-ce que c’est que cette initiative ? Bien qu’il y ait des jeunes femmes dans le public, ces leçons visent les jeunes hommes (« mais qu’ont-ils vraiment retenu de ce cours ? Quelle image de la femme? » s’inquiète la voix off), et en guise de techniques de « séduction », on cherche à leur inoculer le gêne du respect de la femme. Les femmes, elles, n’ont rien à faire. Rien à dire. (Si seulement elles pouvaient parler de façon un peu moins ambiguë…) À ce sexisme ordinaire, s’ajoute la condescendance du  « missionnaire colonial » :  « Qui d’entre vous a une relation stable? » Et à celui qui répond qu’il a rencontré une fille, l’a invitée à danser puis qu’elle lui a dit son nom, il réplique professoralement : « non, désolé, ce n’est pas une relation ! En Allemagne, avoir une relation ça veut dire coucher ensemble ». Comment interpréter cette magnifique ouverture d’esprit ? j’hésite entre le  « tu te l’es même pas faite, pov’naze » et le « ne va pas l’assassiner si elle couche avec quelqu’un avant le mariage, sale salafiste ! ». On se sent un peu triste pour le garçon, mais plus que la mesquinerie du propos, ce qui suinte ici c’est la violence coloniale ET sexiste : « si elle te touche le bras, c’est un feu vert », pardon !? « Si elle met son sac à dos devant elle, c’est une « carapace », ça veut dire qu’elle a peur… » (pour ne pas nous faire violer, mettons notre sac à dos devant nous comme un cache-foufoune et surtout ne touchons pas le bras des garçons…).

Mais ce n’était pas fini.

En plein milieu du reportage, comme pour nous secouer de notre consternation, c’est le feu d’artifice ! Littéralement. Les journalistes nous rappellent que de telles mesures sont une réponse aux terribles événements du Réveillon du 31 décembre 2015©. Personne n’a oublié, mais ils ressortent quand même les images d’archives, sans transition : où l’on voit une scène mal identifiée mais qui nous rappelle que ça avait vraiment été le bazar. A bien regarder on voit des groupes de personnes qui tirent des feux d’artifice à l’horizontale, en direction des badauds et plus vraisemblablement des forces de l’ordre, dans un chaos lumineux. C’est déjà pour le moins discutable comme illustration pour des faits d’agressions sexuelles. (Mais bon, on a vu des sauvages déchaînés, on devrait être convaincus…) Le plus grave, c’est qu’on n’est même pas amenés à se poser la question du rapport de ces images avec ce qui précède, ça va de soi. Et la juxtaposition fait son effet : les jeunes Arabes sont une menace pour les jeunes filles si on ne les éduque pas, nous souffle le reportage. Un bel amalgame humanitaire. L’islamophobie ordinaire est encore plus écoeurante quand elle se cache sous le masque de la bienveillance progressiste.

Publicités

Une réflexion au sujet de «  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s