Scoop : le discours de la gauche « anti-migrants » est anti-migrants !

Finalement, il faut juger ce discours pour ce qu’il est : il essaie de noyer le poisson, joue l’ambiguïté et refuse de dire ce qu’il veut dire (…) la pensée de cette gauche, qui a la hauteur de vue d’un expert-comptable en proie à des bouffées d’angoisses malthusiennes.

Publicités

Digressions

Digression 1 : sur l’écart entre idéologie et culture dans un régime totalitaire.
Digression 2 : sur la culture révolutionnaire, autour de Wang Hui. Le lien entre approche dialectique et démocratisation (la vitalité politique).

Safari culturaliste

Il s’agit donc d’affirmer une sorte d’axiome relativiste fondamental selon lequel toutes les cultures se valent. (…)
Dire d’une culture qu’elle est oppressive, obscurantiste, par comparaison avec d’autres qui seraient libérales ou progressistes est un non-sens. (…) Chaque culture a son féminisme, c’est une option politique émancipatrice toujours disponible.

La « troisième voie » du techno-fascisme japonais (1930-1945) – Planning for Empire de Janis MIMURA

Au début des années 30, le Japon est certes expansionniste mais on est encore loin de l’Empire fasciste qui conduira le Japon dans l’abîme de la deuxième Guerre Mondiale et à la défaite. Quel a été le processus de transformation de l’État japonais ? Dans Planning for Empire – Reform bureaucrats and the Japanese wartime state (Cornell University Press, 2011), l’historienne Janis Mimura explique le rôle fondamental d’une nouvelle génération de bureaucrates réformistes, qui, par leur alliance avec les militaires réformistes, vont détourner le pouvoir politique et pour ainsi dire le déplacer dans l’État, par un jeu complexe de dédoublements institutionnels qui aura été rendu possible par la conquête et la colonisation de la Manchourie et l’expérience de création de l’État de « Manchukuo ».

L’enclave, le piège, l’ouverture.

Est-ce à dire qu’il n’y a aucun débat à avoir sur la validité des images et des informations qui nous parviennent de Syrie ? Non, c’est indispensable, et il faut avoir une grande méfiance vis-à-vis des récupérations, des journalistes « embarqués », des commentateurs déconnectés du terrain mais pas de leur agenda politique. Pour cela, critiquer vaguement les « images » ne suffit pas. Cela ne passe certainement pas non plus par un auto-aveuglement (ignorons ce dont nous ne voulons pas parler) mais par l’examen des faits et une bonne connaissance de la situation.

alors c’est ça, un procès politique ?

… le rituel judiciaire continue à jouer à plein, se substituant même à l’exigence réelle de justice qui le fonde. N’a-t-on pas eu un exemple parfait de ce détournement du rituel judiciaire en un spectacle pervers et injuste lors de la parodie qu’a constitué le procès de Jawad Bendaoud, le « logeur » de Daesh ?…