Retour sur la situation en Corée du Sud

synthèse de plusieurs articles sur la situation politique et géopolitique en Corée du Sud depuis la révolution des bougies

Publicités

La règle du jeu

Il faut absolument lire l’article de Nick Turse pour prendre la mesure de la réalité qui y est décrite, parfois d’un ridicule désarmant et faisant naître en même temps un puissant malaise. « Le jeu de guerre, qui couvre le futur jusqu’au début de 2026, « se veut refléter une description plausible des tendances et des influences majeures dans les régions du monde »

Wang Hui – the end of the Revolution (extraits) 3/4

« Que l’on parle de la soi-disant « fin des années 90 » ou que l’on analyse « la fin de la révolution », le véritable objectif est d’élucider la situation face à laquelle nous nous trouvons, et d’interroger et de formuler une nouvelle politique, une nouvelle voie dans une nouvelle direction. Cette « fin » n’est pas une fin au sens hégélien mais plutôt la volonté de rompre avec le passé et le désir de construire une nouvelle politique. C’est à partir de là que nous devons regarder en arrière l’héritage révolutionnaire du vingtième siècle. »

Wang Hui – the end of the Revolution (extraits) 2/4

Le dualisme État / marché dissimule le fait que l’État est un facteur fondamental et intrinsèque dans les économies de marché, de même que les activités économiques concrètes elles-mêmes produisent des forces anti-marché, telles que les manipulations accomplies par les monopoles, les interventions des oligarques de la finance, et les divers contrôles exercés par le gouvernement. L’enjeu de cette discussion en ce qui concerne le problème de l’intervention est politique : dans la situation actuelle, ce que nous poursuivons est la démocratisation de l’État, non sa dissolution.

Wang Hui – The end of the Revolution (extraits) 1/4

« Depuis 300 ans, dans l’humanité entière, on a certainement lié des liens plus proches les uns avec les autres à travers le colonialisme, le commerce inégal et le développement technologique, cependant il n’existe rien tel qu’une voie commune entre colonisateur et colonisé, entre l’Afrique et les US, ou entre la Chine et les grandes puissances. De telles histoires communes n’existent que comme fictions…